lundi 12 décembre 2011

Le MACM veut faire table rase à la PdA, donc c'est la fin du Silo no. 5

Le Musée d’art contemporain de Montréal (MACM) abandonne son projet d’antenne dans le Silo no.5 et veut plutôt s’agrandir à la Place-des-Arts, en démolissant l’actuel musée qui n’a que 20 ans! Un projet de 88M$ qui serait financé 39M$ par Québec 39M$ par Ottawa et 10M$ par des dons privés. C’est la « bonne nouvelle » qu’a annoncé la nouvelle directrice du MACM, Paulette Gagnon. Les architectes Provencher Roy  ont été retenus pour préparer la volumétrie, qui compte tenu des contraintes du site, il fallait s’y attendre, ressemble en effet à une boîte à beurre, comme la maison de l’OSM.
La première question qu’il faut se poser c’est « ça sort d’où cette idée? », le Conseil d’administration du Musée avait pourtant bien appuyé un projet qui devait permettre la récupération des vieux silos à grain situés à l’entrée du Canal Lachine, dans le Vieux-Port , à la façon dont le Tate Modern a su récupérer une ancienne centrale électrique désaffectée au cœur de Londres pour en faire un superbe lieu de diffusion de l’art moderne. À mon avis, cela vient surtout du désir de la nouvelle directrice de se démarquer du directeur précédent, Marc Mayer, qui est maintenant directeur du Musée National des Beaux Arts à Ottawa, et celui qui avait porté ce projet pour le Silo no 5.
Le bâtiment du Musée n’a que 20 ans. Alors que les architectes se font fort de promouvoir leurs compétences LEED, une façon de limiter les impacts de la construction sur l’environnement, il semble qu’on n’ait même pas noté l’absurdité même de démolir un bâtiment relativement neuf, contenant des espaces de musée, pour en construire d’autres, en produisant au passage une quantité impressionnante de déchets de construction et de démolition. Et ce sans compter qu’on détournerait, encore une fois, des budgets de la « Culture » pour investir dans le béton, de la même façon que le béton du CHUM passe dans le budget de la « Santé »... mais ça c’est un combat que je laisserai aux artistes.
Autre chose, est-ce qu’on a vraiment besoin d’investir plus d’argent public dans le Quartier des spectacles? C’est vrai, à ce jour ce ne sont que des projets publics qu’on a vu se construire au pourtour des espaces fraichement aménagés par la Ville: la maison de l’OSM, la maison du développement durable, la maison du Festival Rio-Tinto Alcan et le 2-22 sont tous entièrement supportés par les deniers publics, sans compter les pierres et les blocs qui ont été posés au sol par la Ville! Non mais, est-ce qu’on peut laisser le privé se charger de la suite? On pourrait se garder une petite gène, surtout quand on considère que nos gouvernements ont bien d’autres postes budgétaires d’avantage prioritaires, et qu’on ne cesse de nous rappeler à quel point l’argent se fait rare.
De plus, pourrait-on juste observer une trêve dans le chantier perpétuel qu’est le Quartier des Spectacles, depuis près de 5 ans, en n’allant pas détruire et reconstruire une pièce aussi centrale que le MACM? Et pourquoi est-ce qu’on déteste autant le bâtiment actuel? (Oui, oui, les architectes se souviendront d’un concours qui n’a pas fait l’unanimité à l’époque) Honnêtement, dans les faits, est-ce qu’il est si laid ce bâtiment? Je vais vous avouer que j’ai redécouvert le MACM lors de l’aménagement de la Place du Quartier des spectacles. Je n’avais jamais pu apprécier l’immense colonnade du côté de la rue Jeanne-Mance auparavant, et vous savez quoi? Je l’aime cette façade maintenant. Elle me plait. Je la trouve « classe », et elle me parle d’autant plus depuis qu’on y a ajouté ces jeux de lumières qu’on peut apprécier lors des chaudes nuits d’été en fond de scène des festivals, où l’hiver, dès 5h l’après-midi, ou la nuit, arrêt obligé lors de la nuit blanche en février.
Bref, ce projet n’a pas de bon sens, et je parierais qu’il ne passera pas une analyse en profondeur du Ministère de la culture et des communications quant à sa priorité (pourvu bien sûr qu’il n’y ait pas d’influences indues, ce dont on ne sait plus s’ils sont à l’abri...). Mais la chose la plus triste, c’est d’apprendre ainsi la mort du projet qui selon moi était le plus porteur pour Montréal, celui du Silo no 5. Sans le MACM, les Silos no 5 ont perdu leur assurance vie, et ce jour marque le début du décompte de leur démolition (qui produira aussi sa part de déchets à enfouir, nul besoin d’en ajouter...).
Solution alternative
Finalement,  j'offre une solution: l'argument principal du MACM est l'absence d'entrée du côté de la place du Quartier des spectacles, bien faites en une! En ligne avec la rotonde, se trouve un petit Hall, se développant sur plusieurs étages (du sous-sol aux étages d'exposition), avec un mur aveugle sur lequel est accroché un tableau de Riopelle: ouvrez ce mur et vous avez percé une nouvelle entrée côté Ouest. Un projet de réaménagement de 300 000 à 500 000 $ tout au plus. 


AJOUT: Pour vous donner une idée de ce qu'on peut faire quand on a le luxe d'avoir de l'espace pour un projet de Musée, allez-voir le projet du NAMOC de UN Studio. Plus intéressant qu'une boîte à beurre, n'est-ce pas?

5 commentaires:

  1. Je ne suis que partiellement d'accord avec vous. Il est vrai que l'abandon du projet au silo no 5 est une bien mauvaise nouvelle, mais je suis d'avis que l'actuel bâtiment du MACM est indigne d'une ville comme Montréal et d'un musée aussi important. Trop petit, peu invitant, laid (oui oui, malgré les belles lumières qui embellissent ses colonnes), défectueux (fuites d'eau). Cependant, la médiocrité de la coquille de la nouvelle salle de l'OSM laisse présager le pire. J'ai bien hâte que nos (nombreux) architectes talentueux se voient enfin confier des projets d'envergure à Montréal.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet édito plein de bon sens !!! Assez les travaux dans cette section de la ville. Y'en a marre. Ce musée est à peine vieux de 20 ans et on veut le démolir sous prétexte qu'il manque de panache et d'espace ?? Franchement, est-ce qu'il est si fréquenté qu'on le dit ?? Est-ce qu'il y a des files d'attentes interminable à ses portes au point d'exaspérer sa clientèle ??

    RépondreSupprimer
  3. J'étais un fan de votre blogue, mais je ne suis plus votre tendance à être aussi négatif envers les projets de la ville, et vous devriez vous renseigner avant de critiquer des projets sous de fausses accusations. Cet article du Devoir explique très bien le projet du MACM et ils ne rasent pas, et ils recyclent… Contrairement à ce que vous dites… Vérifiez vos sources avant de publier.

    http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/338236/travaux-d-agrandissement-quels-projets-pour-le-macm

    RépondreSupprimer
  4. Je demeure très ambivalent quant à l'agrandissement du MACM sur son site actuel. 88 millions de dollars pour agrandir un tant soit peu la surface d'exposition m'apparait plutôt onéreuse, surtout qu'on connait l'inflation galopante qui sévit dans le domaine de la construction. C'est presque le budget de la salle de l'OSM et pourtant on ne parle que de rénovation puisqu'on garde l'intégralité de la structure. Trop peu, trop cher.

    Il ne manque pas de terrains vacants près du musée, en fait juste en face sur Jeanne-Mance de part et d'autre de Maisonneuve, on a de beaux terrains inoccupés qui attendent d'être mis à profit. Ainsi sans toucher au bâtiment actuel on aurait une annexe importante reliée par sous-terrain, qui aurait l'avantage d'agrandir le musée et d'ajouter quelque chose de remarquable à la Place des festivals.

    RépondreSupprimer
  5. SÉBASTIEN BOURGET17 décembre 2011 à 15:56

    SOLUTION ALTERNATIVE #2

    La meilleure solution à long terme, c'est de construire le nouveau MAC sur l'îlot Balmoral, de façon à ce qu'il y ait une seule grande place publique plutôt que deux...

    De plus, il faut un bâtiment qui ait de la gueule dans le style du Musée Royal de l'Ontario !!!

    RépondreSupprimer